Chasseurs de Tornades, l’expérience à couper le souffle du Futuroscope

Chasseurs de Tornades, l’expérience à couper le souffle du Futuroscope

Depuis plusieurs années, le Futuroscope est un des parcs à thèmes à suivre en France. Son gestionnaire, La Compagnie des Alpes, investit massivement pour transformer ce site de loisir d’une journée en destination de court séjour. Ces dernières années, plusieurs investissements de plus de 10 millions d’euros ont été réalisés : L’Extraordinaire Voyage (un flying theater), Objectif Mars (un roller coaster) ou encore l’hôtel Station Cosmos. Le 2 juillet 2022, le Futuroscope a inauguré un dynamic motion theater de plus de 20 millions d’euros : Chasseurs de Tornades. Cette attraction s’inscrit dans le plan Futuroscope Vision 2025 qui vise à faire passer la fréquentation annuelle du parc à plus de 2,5 millions de visiteurs.

Bienvenue aux journées portes ouvertes du CEMEX !

Dans Chasseurs de Tornades, le Futuroscope nous invite à découvrir son nouveau laboratoire scientifique : le Centre d’Etude de Météorologie EXtrême (CEMEX). D’habitude fermée au public, cette installation est chargée de surveiller la formation de tornades dans la région de Poitiers. Les visiteurs y font la rencontre de Mélanie Melville, scientifique météorologue et directrice du CEMEX, et d’Alex Faure, chasseur de tornades.

Le préshow nous amène à la découverte des installations du CEMEX avant de se poursuivre par une conférence.

Notre visite du CEMEX démarre par un bureau d’accueil classique, comme on en trouve à l’entrée de toutes les entreprises et de tous les bâtiments administratifs.

Les espaces qui suivent, quant à eux, sont plus en lien avec le thème de l’attraction :

  • Les bureaux de Mélanie et d’Alex, qui nous permettent d’appréhender les caractères de ces 2 personnages : Mélanie a un espace de travail bien rangé où tout est à sa place. Tout le contraire de celui d’Alex.
  • Le simulateur de tornade. Ce laboratoire, équipé d’un immense tube en verre, permet à nos deux héros de créer des tornades de différentes intensités pour mieux les étudier. Ce simulateur leur permet aussi d’expérimenter, à échelle réduite, de nouveaux outils pour tenter de les maîtriser.
  • L’atelier de Mélanie où les visiteurs peuvent découvrir la scientifique en train de configurer sa nouvelle invention : le TrombX. Placée au centre d’une tornade, cette sonde est censée pouvoir la stopper. Mais pour l’instant, cette machine rencontre encore quelques soucis techniques.
  • Le garage d’Alex où est entreposé Bully, un pick up pouvant atteindre une vitesse vertigineuse grâce à un moteur électrique surpuissant. Ce véhicule peut reproduire un effet Venturi et rester collé au sol à pleine vitesse malgré les vents violents. Deux des sponsors de l’attraction sont mis à l’honneur dans cet espace : le constructeur automobile japonais Isuzu (qui a fourni les véhicules présents dans la file d’attente et pendant le show) et la marque King Tony dont les outils décorent ce garage.
  • Le QG de suivi des tornades où se trouve une table de mapping vidéo qui présente une cartographie radar du Futuroscope dans un rayon de 10 kilomètres. On peut d’ailleurs y voir des précipitations se diriger vers le parc.

Cette visite se poursuit dans la salle de conférences où nous est présenté plus en détail le véhicule Bully et surtout le TombX. Alors qu’Alex procède à une simulation de création d’un tourbillon, le radar Doppler du centre détecte une tornade de Force 3 dans le secteur. Elle se dirige vers le Futuroscope. Tous les visiteurs sont invités à se rendre de toute urgence dans une salle sécurisée.

Nous entrons alors dans la salle où se déroule l’attraction. Nous assistons, impuissant, à l’arrivée d’une impressionnante tornade au-dessus du Futuroscope. Mélanie et Alex œuvrent ensemble pour essayer de la détruire à l’aide de Bully et du TrombX. Est-ce qu’ils vont y arriver ? Il faudra vous rendre sur le parc pour le découvrir.

Un dispositif unique dans le monde

Même si ce format d’attraction existe déjà en France (Le Dernier Panache au Puy du Fou dans une certaine mesure) et dans d’autres parcs à l’étranger (Hulk Epsilon à IMG Worlds of Adventure), le Futuroscope y apporte quelque chose de nouveau.

La plate-forme rotative dynamique, qui peut accueillir à chaque séance 120 personnes, est montée sur des vérins hydrauliques qui lui permettent d’osciller sur 3 axes, avec un débattement pouvant aller jusqu’à 1 mètre. Grâce à plusieurs moteurs, ce plateau peut effectuer un tour complet sur lui-même en 7 secondes. La vitesse ressentie par les visiteurs situés sur les côtés est d’environ 30 km/h.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les mouvements effectués par la plate-forme sont relativement doux. Aucune sensation de mal au cœur. Quand nous arrivons au centre de la tornade, on sent bien l’accélération du dispositif. Je vous conseille, pour votre prochaine venue au Futuroscope, d’opter pour les rangées du fond, et de surtout vous mettre sur les côtés. C’est ici que les sensations sont les plus intenses.

Pendant l’attraction, les spectateurs se retrouvent entourés d’un immense écran cylindrique de 17 mètres de diamètre et de 8 mètres de haut. Ce dernier, composé de 800 dalles LED Samsung, diffuse une image en 21k. Quand on sait que la 4K correspond à de l’ultra-HD, je vous laisse imaginer la qualité des images du film qui est diffusé.
Grâce à deux écrans escamotables, deux scènes live se dévoilent pendant l’expérience. On y retrouve un décor mobile ainsi qu’un véhicule 4×4 qui se déplace. Ce mélange réel / virtuel fonctionne à la perfection. On est propulsé dans l’histoire. Cette sensation est renforcée par les différents effets spéciaux qui jalonnent le film comme la brumisation, les flashs lumineux, les jets de fumée et surtout les 40 ventilateurs qui font virevolter les cheveux du public dans tous les sens.

Autre point fort de l’attraction : son théâtre holographique. Dans la salle de conférences du préshow, nous rencontrons Mélanie et Alex en hologramme dans un décor réel. Cette technique est très répandue. Walt Disney l’utilisait déjà à Disneyland dans Hanted Mansion inauguré en 1969. Mais ici aussi, le Futuroscope dépoussière cet effet spécial en faisant sortir le personnage d’Alex de l’écran. En effet, vous pouvez voir ce dernier par moments en virtuel et à d’autres moments en chair et en os.

Avec Chasseurs de Tornades, le Futuroscope n’a pas simplement ajouté une nouvelle attraction à son parc. Son souhait était de créer une expérience immersive de l’entrée à la sortie du bâtiment. Le résultat est réussi. L’aventure est bluffante et amusante. Ce souci du détail est là ! À la fin de l’attraction, vous avez la possibilité de vous prendre en photo sur des bornes. Le parc y a fait ajouter des ventilateurs pour que vos cheveux soient en mouvement. Un petit truc qui fait la différence.
Si vous pensez encore que le Futuroscope est un parc un peu ringard, je vous invite à vous rendre sur place pour réviser votre jugement. Ces dernières années, il fait fort en inaugurant des attractions, certes familiales, mais très immersives. Chasseurs de Tornades m’a complètement charmé. Ma seule envie : retourner au Futuroscope pour visiter à nouveau le CEMEX.


Posté le 31 juillet 2022
Explorer