Jody Daily : « J’aime que les parades Disney véhiculent de la fantaisie »

Sans titre

Lors de notre visite de Tokyo Disneyland, nous avions adoré Happiness is here, parade créée pour les 30 ans du parc. Un défilé coloré, une musique entrainante, des chars magnifiques. Quand nous avons appris que Jody et Kevin, les concepteurs de cette parade travaillaient sur la parade des 25 ans de Disneyland Paris, il n’en fallait pas plus pour aller à leur rencontre et découvrir leur travail (que nous trouvons de grande qualité), leur façon de travailler.

Merci à Jody d’avoir pris le temps de répondre à nos questions ! (To read the interview in english click here !)

 

Comment a démarré le projet de parade Happiness Is Here Parade ? Quand et pourquoi Tokyo Disneyland vous ont contacté ?

J’ai commencé à travailler sur cette parade environ deux ans avant son lancement. Kevin et moi venions tout juste de terminer la Direction Artistique de la parade de Disneyland Mickey’s Soundsational. Je crois me souvenir que c’est le jour de l’inauguration de cette parade que Steven Davison, Directeur de Création du projet (qui d’ailleurs supervise l’ensemble des shows et parades implémentés dans les différents parcs Disney), m’a approché pour me demander si je voulais m’occuper de la conception de la parade de Tokyo. Un concepteur avait déjà travaillé sur ce projet, réalisé des planches préliminaires mais ces dernières n’avaient pas été très convaincantes. Certaines idées proposées, pourtant très créatives et uniques, étaient irréalisables techniquement.

12748127_974814699233057_8912396526666826350_o

12734170_974814832566377_3505414921243169862_n

Je travaille avec Steven depuis plus de 20 ans. C’est vraiment un mec super. Il a été un des premiers directeurs artistiques à faire appel à moi pour participer à la conception de projets pour Disney. A cette époque j’avais tout juste 19 ans et aucune expérience professionnelle dans le domaine artistique à part celle de vendeur dans la boutique Disneyland Art Department. La Happiness parade est la 8ème parade sur laquelle j’ai travaillé, et la 3ème dont j’assure la Direction Artistique.

 

Est-ce un défi de travailler sur une si grosse parade ?

Pas du tout. Nous travaillons toujours avec une super équipe. Chacun fait très bien son travail ce qui fait que les choses se passent toujours très bien et de façon fluide. Il y a toujours des défis créatifs à relever mais c’est comme ça qu’on apprend des choses.

 

Est-ce que le fait que cette parade ait été créée pour le 30ème anniversaire de Tokyo Disneyland a été un défi supplémentaire ?

Le parade pour le 25ème anniversaire de Tokyo Disneyland était inspirée par les différents land du parc (ndlr Jubilation! parade). Nous voulions nous affranchir de cette thématique. Au final, nous avons proposé une parade dont le concept était de mettre à l’honneur des moments « heureux » des films Disney. Le pays venant de traverser un séisme majeur et un tsunami les japonais étaient à la recherche de choses plus légères et amusantes. Dans les premiers art work, j’avais commencé à utiliser un ballon en forme de tête de Mickey comme motif. Les équipes de Tokyo Disneyland ont vraiment été emballées par cette idée. Ce symbole s’est au final retrouvé dans tout le parc comme emblème du 30ème anniversaire.

2743265452_624fee82ff_o

 

Quand êtes-vous arrivés sur ce projet ? Êtes-vous arrivés avant la sélection des films mis en avant dans cette parade ?

Nous avons commencé à travailler sur ce projet 2 ans avant le lancement de la parade. Quand je regarde les premiers concepts art réalisés, il semblerait qu’ils aient été bons à partir de juin 2011. Au début, nous savions juste que nous voulions travailler sur le thème du bonheur (« Happiness ») et on nous a demandé de commencer à travailler sur des concepts autour de ce thème. C’est l’une des meilleures choses quand on travaille avec Steven : il vous fait confiance et vous permet d’explorer des pistes.

Aucun film n’avait été préalablement choisi. Bien sûr on nous a partagé des études de marché nous permettant de savoir quels personnages étaient plébiscités par les visiteurs (Mickey et sa bande, les princesses, etc.), mais au-delà de ça, nous étions complètement libres de proposer les scènes et personnages qui collaient le mieux au thème que nous voulions développer.

 

Nous avons remarqué une grande différence entre les parades de Tokyo Disneyland et les parades de Disneyland Paris, Disneyland et Walt Disney World. Ces dernières mettent souvent l’accent sur les dernières productions Disney. Comment la sélection de films sur cette parade s’est faite ?

Dans les parcs japonais l’offre en matière de divertissement est pléthorique. Peut-être plus que dans n’importe quel autre parc. Les parcs sont très forts dans la promotion de leur complexe, dans l’organisation d’événements spéciaux, dans la réalisation de merchandising dédié, de friandises thématisées, …
Les possibilités de promotion des dernières productions Disney sont tellement importantes qu’on peut s’affranchir de les inclure dans les parades. Les parcs créent également de nombreuses animations (défilés par exemple), donc quand Tokyo Disneyland sent que les visiteurs souhaitent rencontrer un personnage en particulier, ils vont créer une parade entière ou une expérience pour combler cette attente spécifique. Les parcs Disney ont souvent recours à cette solution (parade The Lion King, Hercules, Mulan, …) et je suis heureux que les parcs de Tokyo aient gardé cette tradition.

Pour cette parade nous avons vraiment mis l’accent sur les moments heureux et fantasques des films d’animation. Notre interrogation a été « quels sont les personnages et les films qui correspondent le mieux à notre thème » sans forcément mettre l’accent sur les dernières productions des studios Disney. L’objectif est de ne pas tomber dans le trop commercial. Quand vous créez une parade vous êtes comme un casteur pour un film. Vous recherchez qui seront les meilleurs acteurs pour le rôle.

 

Quelles ont été les différentes étapes dans la création de la parade Happiness is Here ? Est-ce que Tokyo Disneyland avait défini quelques grande lignes directrices ?

Je commence toujours par une phase de recherche. Je regarde différents films d’animation pour y trouver des scènes se prêtant à notre thème et que nous n’aurions pas exploité dans les parades créées précédemment. Parallèlement, nous explorons aussi différents styles artistiques. Par exemple, pour la parade Mickey’s Soundsational nous voulions au départ des chars dans un style sculpture de papier découpé. La première intention a beaucoup inspiré la conception finale de la parade.

Après cette phase, je commence à faire des croquis. J’en ai réalisé des tonnes et des tonnes sans pour autant tenir compte des limitations techniques telles que la hauteur des chars, le budget, le nombre de personnages, … même si ces impératifs restent toujours dans un coin de ma tête. L’idée est de jeter sur le papier un maximum d’idées. Certaines fois, nous aboutissons à une nouvelle vision du projet sans pour autant nous éloigner des impératifs de construction. Petit à petit, ces dessins forment un fil conducteur qui est généralement la première intention que nous présentons au client.

11889998_892089004172294_8879856509248171532_o

A partir de cette étape, nous rentrons rapidement dans les considérations pratiques du projet : budgets, espace de stockage des chars, hauteur et largeur des unités, emplacement des enceintes, les batteries, les ouvertures pour le conducteur du char, la sécurité, … Une grosse équipe technique intervient au cours de cette partie du processus. Les choix sont réalisés durant cette étape (en général nous présentons près du double de chars que ce qui sera retenu). Des dessins détaillés sont réalisés, des modèles, des chartes colorimétriques. Tout ce travail, qui se veut être le plus détaillé possible, est regroupé et envoyé pour validation.

TDLmadhattercco

Une fois que nous recevons les retours, demandant parfois d’approfondir certains design, nous passons à l’étape de construction. Durant cette étape, qui habituellement dure plus d’un an, nous réalisons plusieurs visites au sein des ateliers. Ensuite, les différents éléments des chars arrivent au parc. Ils sont alors assemblés et testés avant que nous commencions les répétitions.

 

Une fois que les maquettes ont été validées par Tokyo Disneyland, avez-vous supervisé la construction de différents chars ?

Oui bien sûr et parce que la grande majorité de ces chars ont été construits aux quatre coins du Japon, nous avions une équipe de designers affectée à ce projet pour Tokyo Disneyland. Jumpei Osomatsu-san était mon directeur artistique là-bas. C’est un artiste vraiment merveilleux qui a conçu plusieurs parades pour Tokyo Disneyland. C’était une grande joie de travailler avec lui. Je crois avoir réalisé trois ou quatre voyages au Japon au cours de cette phase de construction et beaucoup de dessins et modèles à partir d’images reçues tout au long de la construction des chars.

 

Le moment de vérité. Quelle a été votre réaction quand vous avez vu pour la première fois la parade en vrai ?

C’est toujours incroyable de voir les chars pour la première fois : passer des petits croquis réalisés à votre bureau ou à la table d’un café, d’une idée que vous avez eu au cours d’une promenade à une construction de 12 mètres de haut qui prend vie devant vos yeux.

SONY DSC

 

Comment se sont déroulés les premiers test ? Avez-vous réalisé des modifications ?

Il y a toujours une phase d’ajustements. Cependant, sur cette parade, ils n’ont pas été très nombreux. Après la première répétition à Tokyo Disneyland, nous avons rassemblé les modifications à apporter. Je ne me souviens pas avoir eu des demandes de modifications au point du vue créatif. Lorsque les chars sont arrivés dans le parc, des modifications de peintures ont du être réalisées pour donner un aspect plus vivants aux personnages (blush sur les joues, eyeliner) et beaucoup d’autres petits détails. Nous voulions que les chars soient étincelants. Avec Osomatsu-san nous avons passé une grosse semaine à appliquer des petites touches scintillantes, des miroirs et quelques bijoux sur toute la surface des chars.

Malheureusement, lors de cette phase, nous nous sommes aperçus qu’un élément de consolidation d’un des chars ne fonctionnait pas par rapport à l’ensemble. A contre coeur nous avons décidé de le supprimer.

 

Le temps du choix est arrivé ! Dites-nous quel est votre char préféré ?

J’adore le design du char de Winnie l’Ourson car, plutôt que de partir d’une scène extraite du film, nous avons créé une scène originale, un rêve de Winnie rempli de miel. Le char Toy Story, lui, était un défi amusant : arriver à reproduire un tricycle géant.
Comme j’aime les jouets vintages, j’apprécie particulièrement le char du Chapelier Fou et de l’Amiral du Monde de Némo. Ils peuvent sembler petits mais ils me font toujours autant sourire quand je les vois en action. Je suis aussi heureux que nous ayons eu la possibilité d’introduire de nouveaux personnages dans la parade comme le vilain petit canard, un des insectes de The Woodland Cafe (ndlr court-métrage de la série des Silly Symphonies) ou encore le Roi de Coeur.

DSC_0602 (1)

SONY DSC

TDLnigeltoy12-11

Pour accompagner les chars, Matt Davidson notre costumier, a créé plusieurs personnages originaux tout en restant fidèle à l’esprit des films. C’est ainsi qu’on peut retrouver trois genies de la section Aladdin ou des filles portant des costumes inspirés de celui du Chapelier fou … vous pourrez y jeter un oeil. Leurs performances se veulent drôles et c’est vraiment un régal de les regarder parader. Pour certains ces personnages sont secondaires, insignifiants, mais pour nous ils apportent un vrai plus. Tous ces détails vous obligeront à revoir plusieurs fois ce spectacle.

Capture d’écran 2016-02-26 à 15.09.49

Capture d’écran 2016-02-26 à 15.08.11

Même dans la musique, il y a tellement de chansons différentes liées entre elles qu’il vous faudra voir plusieurs fois la parade pour tout remarquer. J’adore ces petits détails. Ils enrichissent indéniablement le tout.

 

En décembre dernier, vous annonciez travailler sur la parade des 25 ans de Disneyland Paris. Comment avez-vous rencontré l’équipe française ?

De la même manière que pour le projet « Happiness », via Steven Davison. Il est aussi le Directeur de Création de la parade de Paris. Comme pour Tokyo, nous avons une équipe à Disneyland Paris qui est venue deux fois dans mon studio à Anaheim et avec qui j’étais en Novembre dernier. Nous sommes en contact permanent par email, nous partageons des concepts visuels et chaque semaine nous organisons un call vidéo.

didnsyeland-paris-25th-anniversary-logo

 

Avez-vous commencé à travailler sur ce projet ?

Oh oui. Pour cette parade le délai de mise en oeuvre a été plus long que pour les autres projets sur lesquels j’ai travaillé jusqu’à présent. Actuellement, nous finalisons les plans définitifs et le design. Nous devrions commencer à construire les chars dans les prochains mois. En ce moment, la pièce la plus compliquée de cette parade est en cours de réalisation.

 

25 ans, un quart de siècle est hautement symbolique. Quel genre de sentiment voudriez-vous transmettre ?

En matière esthétique, j’aime véhiculer un sentiment de fantaisie. J’essaye d’ajouter, le plus souvent possible, des effets d’animation aux différents chars pour donner une impression de mouvement et leur donner de l’intérêt. Je veux que les chars intègrent de nombreux détails de telle sort qu’il soit impossible de tout voir d’un seul coup d’oeil.

Les chars sont parfois très grands donc la règle de conception que je suis toujours veut qu’il y ait des détails spécifiques sur chaque char afin que les guests puissent les découvrir au fur et à mesure que char défile devant eux. Ces détails peuvent prendre la forme d’un petit personnage (comme les abeilles sur le char d’ouverture de la Happiness Is Here parade), un traitement peinture spécial ou d’éléments graphiques clin d’oeil aux autres productions Disney (regardez les autocollants de voyage présents sur le char des Aristochats). La parade Happiness Is Here de Tokyo regorge de ces petits détails.

HIHluggagetags

L’idée d’une parade traversant le parc est toujours un peu abstraite pour moi. J’essaie de ne pas reproduire directement une scène issue d’un film. Je tente de les magnifier en leur apportant un peu de lyrisme.
Comme une nouvelle expression dans une histoire familière ou dans un personnage familier tout en espérant conserver la connection avec la source d’origine.

- – – – – ENGLISH VERSION – – – – -

Hi Remi,

Thanks for your interest in the Happiness parade. It has been nice revisiting this project while in the middle of the new Paris parade. I’ll try to answer your questions to the best of my ability.

 

How did the project start? When and why did Tokyo Disneyland contact you?

I started working on the parade about two years before it was going to debut. Kevin and I had just finished art directing the Mickey’s Soundsational parade here at Disneyland, I believe it was opening day actually when the Creative Director for that project (and almost all of the entertainment that goes into any of the parks) Steven Davison, approached me and asked if I’d like to take over designing the Tokyo parade. There was a previous designer doing some preliminary concepts for the new parade but things just were not quite working out. The ideas seemed to be very creative and unique but just not « build-able ».

12748127_974814699233057_8912396526666826350_o

12734170_974814832566377_3505414921243169862_n

I have worked with Steven for over 20+ years. He is a really great guy and was one of the first Disney art directors to actually have me design stuff for Disney. I was just 19 then, with no official professional art background or training and working at the Disneyland Art Department scenic shop. The Happiness parade is the 8th parade I have worked on and the 3rd one I art directed.

 

Is it a challenge to work on such a big parade?

Not at all. We always have a great team put together. With everyone doing their part, things usually turn out fine and run relatively smooth. There is always creative challenges but that is where you really learn stuff.

 

Does the fact that this parade was created for the 30th anniversary of Tokyo Disneyland has been an extra challenge?

The day time parade that celebrated the 25th anniversary of TDL was inspired by the different ‘lands’ found in the park. We really didn’t want to repeat that motif for this one and went more towards « happy » moments from the films. Japan had just gone through a major earthquake and Tsunami natural disaster and they wanted something light and fun. In the early concept drawings I started using the Mickey balloon as a motif and they really latched on to that idea. That icon ended up being used to represent the anniversary throughout the park.

2743265452_624fee82ff_o

 

When did you get on this project? Did you arrive before the selection of movies on this parade?

It was about two years before the parade debuted. Looking through my early concepts it looks like my earliest sketches would have been right around June, 2011. We really only had the direction of « Happiness » and were told to start doing concepts based around that theme. This is one of the great things about working with Steven, a sense of trust. He allows you to explore.

No specific movie property direction was discussed up front. There is usually market research provided on what characters the guests like most or expect to see (like Mickey and the gang, Princesses, etc) but beyond that we were able to present what we thought captured the light hearted theme the best.

 

We noticed a big difference between Japanese parades and French/American parades which make an emphasis on the last Disney productions. How did the selection of movies on this parade had been done?

In the Japan parks they offer a lot of entertainment. Maybe more so than any other park. They also do a whole lot of promotions, special events, custom merchandise and even themed food treats, so there are a lot more opportunities to widely promote the latest Disney offering rather than relying on the one big parade. They also create many parades over there, so if the guests really feel strongly about a particular character they often will create an entire parade or experience for that specific story. The Disney parks over here used to do that (Lion King parade, Hercules parade, Mulan parade, etc) and I am glad the Tokyo parks have kept that tradition going.

For this parade we really just focused on happy and whimsical moments from the animated films. What characters and settings could tell that story best without having to fit in the latest project coming from the studio. Sometimes that can feel a little too much like a commercial. You are telling a story and want to cast the best « actors » for the role.

 

What was the different steps to the creative work? Did Tokyo Disneyland set some guidelines?

I always start off with research. Looking at the animated films for scenes we may not have done before that lend themselves to the established theme. Exploring art styles is also usually in the beginning stages as well. For Soundsational we wanted to do a cut paper sculpture style and that ended up dictating a whole lot of the design look.

After this phase I just start sketching. Tons and tons of sketching. Not necessarily considering technical limitations such as float heights, budget, number of characters, etc but somewhere those thoughts are always lingering in the back of your mind somewhere. You want to put enough things on paper to perhaps inspire a new way of looking at things but not too far out there that the idea could never be built. All these drawings get turned into a line up which is usually the first thing we present to the client.

11889998_892089004172294_8879856509248171532_o

From there things start getting practical really fast. There are budgets to consider, float storage space, heights and widths of the floats. Speaker placement, batteries, driver vision, safety and on and on. There is a strong technical team that steps in during this part of the process. Cuts are made (we usually present about double the amount of what we will end up with). Detailed drawings are created. Models. Color charts. Everything working towards putting together a packet that can be sent out to bid with as much details included as possible.

TDLmadhattercco

Bids come back and get reviewed, sometimes requiring some design refinement, and then we are off building. There are many shop visits during this next phase which usually last at least a year. Floats arrive at the park, they are assembled and then tested before rehearsals can begin.

 

Once the mockup were validated by Tokyo Disneyland did you follow and manage the building of different floats?

Yes, of course. Because the great majority of these floats were being built throughout Japan we had a team of designers assigned to the project from Tokyo Disneyland. Jumpei Ohmatsu-san was my art director over there. He is a truly wonderful artist and has designed many of the parades for Tokyo Disneyland. A true joy to work with. I believe I made three or four trips to Japan during this phase but did many drawings and designs from images sent to me as the floats progressed.

 

The moment of truth. What was your reaction when you saw the first parade IRL?

It is always amazing to see the floats for the first time. From little sketches that you remember doing at your desk or a table at a coffee shop, an idea you had while hiking, and suddenly there it is, your drawing 40 feet high coming to life.

SONY DSC

 

How was the run in phase? Did you do modifications after the first tests IRL?

There are always some tweaks. On this parade we really didn’t have many though. After the first rehearsal in the park we all gather and I really don’t remember having any notes directed towards the creative. When the floats arrived back at TDL there were some paint modifications we did to help the characters look more alive (blush on the cheeks, eyelash lines) and lots of small details to add. We always wanted the floats to sparkle, so Ohmatsu-san and I spent about a solid week hand applying all of those flicker dots, mirrors and jewels all over the surface of the floats.

Unfortunately, there was one small « prop » that never worked quite right and ended up getting cut from the line up which was disappointing.

 

It’s time to decide. Tell us: what is your favorite float?

I loved the design of the Winnie the Pooh float because rather than based on an actual scene from the film it was more like a ‘hunny’ dream and the Toy Story float was really a fun challenge to make that giant toy Tricycle design work. It may seem small but I love old fashion toys so I might have to say the Mad Hatter push unit or even the Nigel toy from the Finding Nemo section. They always make me smile when I see them in action. I was really happy we were able to get some new costumed characters in the parade too, such as the Ugly Duckling, the Woodland Cafe bugs and the King of Hearts.

DSC_0602 (1)

SONY DSC

TDLnigeltoy12-11

Our costumer, Matt Davidson, created some wonderful characters not derivative of the film but based on who would populate these worlds we were creating. If you haven’t really noticed the three genies in the Aladdin section or the Mad Hatter girls take a look at them. They really have some funny bits in their performance and are always really great to watch on the route. A great detail that might sometimes go unnoticed but added so much. They make you want to view it again just to see what they are going to do next.

Capture d’écran 2016-02-26 à 15.09.49

Capture d’écran 2016-02-26 à 15.08.11

Even in the music there was so many songs woven in that don’t always get played. I love these little details. They really enriched the whole presentation.

 

Last December, you announced you will work on the 25th anniversary parade of Disneyland Paris. How did you meet with the french team?

Really the same way as the Happiness project, through Steven Davison. He is the Creative Director on the Paris parade as well. Like Tokyo, we have a team at DLP who have already been out here to my studio in Anaheim twice and I was with them in Paris in November. We email each other constantly, share updated images and hold video conference calls weekly.

didnsyeland-paris-25th-anniversary-logo

 

Last December, you announced you will work on the 25th anniversary parade of Disneyland Paris. How did you meet with the french team?

Really the same way as the Happiness project, through Steven Davison. He is the Creative Director on the Paris parade as well. Like Tokyo, we have a team at DLP who have already been out here to my studio in Anaheim twice and I was with them in Paris in November. We email each other constantly, share updated images and hold video conference calls weekly.

 

Have you started working on this project?

Oh yes. This parade actually has had a longer lead time than any other project I have worked on. We are currently finishing up the final designs and models and should be starting to build in the next couple months. Actually, one of the more complicated pieces has already been started.

 

25 years, a quarter century is highly symbolic. What kind of feeling would you like to convey?

For my personal design aesthetic I really like to convey a sense of whimsy. I try to add as much float animation in there as possible to help keep things kinetic and interesting. I want there to be a sense of so much detail and things happening that you can’t see it in just one viewing.

The floats are sometimes very large, so as a general design rule, I like there to be a special detail that the guests might discover as the parade passes in front of them. This could be a small character (like the Bumble Boogie Bee on the opening train unit), a special paint treatment or graphic with a nod towards another film (check out the travel stickers on back of the Happiness Aristocats float). The Tokyo parade is really full these details.

HIHluggagetags

The whole idea of a parade traveling through the park always seems a little abstract to me. I try not to capture a direct environment from a film but push them a little to be a bit more lyrical or inspired. Like another expression on a familiar story or character while hopefully retaining that emotional connection to the original source.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.