Il était une fois… Walibi Belgium

Il était une fois… Walibi Belgium

Le 8 juillet dernier j’étais en Belgique, plus exactement à Wavre, pour une journée à sensations à Walibi Belgium. C’était la première fois que je me rendais dans un parc Walibi. Pourtant, cette marque bien connue des fans de parcs d’attractions ne m’était pas complètement inconnue. En effet, son jingle des années 90 « Walibi bi bi, j’en suis baba » est encore très présent dans ma mémoire.

Après cette visite, j’ai voulu en apprendre davantage sur ce parc qui fête cette année son 45e anniversaire. Rapidement, je me suis rendu compte que l’histoire de Walibi est extrêmement riche. Ceci m’a donc donné envie de vous faire cet article qui revient sur les faits marquants de ce parc situé à quelques kilomètres de Bruxelles.

La naissance d’un groupe 100% belge

Contrairement à Disneyland en Californie ou Europa Park en Allemagne, Walibi n’est pas le projet d’un passionné. Du moins à ses origines. Eddy Meeùs, qui a fait fortune dans les plantations de quinquina au Zaïre, cherche une idée dans laquelle investir une partie de son argent. Son choix se porte au départ sur le téléski nautique, un ski nautique où le bateau est remplacé par un câble et une machinerie de tractage.
Mais rapidement le projet va prendre une tout autre ampleur. Une rencontre avec un constructeur de manèges puis des forains conduit Eddy Meeùs à s’orienter vers la création d’un parc d’attractions. Le projet Walibi est sur les rails !

Mais d’où vient ce nom de Walibi ? Vient-il de sa mascotte, un wallaby ? Non ! Ce nom a une véritable signification… En effet, Walibi est la juxtaposition de la première syllabe de 3 communes belges : Wavre (commune la plus proche et la plus connue des environs du parc), Limal (commune sur laquelle est construit le parc) et Bierges (ancienne commune sur laquelle est construit le parking).

Le 26 juillet 1975, le parc Walibi ouvre ses portes soit deux semaines après Europa Park. Les attractions phrases sont le Téléski nautique et une attraction basée sur les aventures de Tintin : Le Temple du Soleil.

Le Temple du Soleil.

Le saviez-vous ? À l’origine, Eddy Meeùs souhaitait créer un parc basé exclusivement sur les aventures de Tintin. L’investissement nécessaire pour un tel projet étant trop élevé, il fut abandonné.

Walibi se démarque de ses concurrents en proposant une formule maintenant reprise par quasiment tous les parcs d’attractions du monde : un ticket unique à la journée donnant libre accès à toutes les attractions du complexe.

À son ouverture, Walibi est un immense terrain de 50 ha constitué de sable de remblai. Pour rendre le tout plus accueillant, Eddy Meeùs investit dans des tulipes en plastique qu’il fait planter pour donner une impression de verdure.

À ses débuts, Walibi n’est pas l’exploitant de l’ensemble des attractions. Tant et si bien que la majorité d’entre-elles sont démontées à la fin de la saison pour partir sur les routes de Belgique. Progressivement Eddy Meeùs reprend la main dans ce domaine en faisant construire ses propres attractions.

Dans les premières années, pour accompagner l’augmentation de la fréquentation du parc, Walibi investit dans de nouvelles attractions comme La Rivière Sauvage en 1978 (log flume), une Grande roue et Le Tornado en 1979. Cette dernière attraction, un double corkscrews, est la première montage russe à présenter deux inversions en Europe.

Le Tornado

Le saviez-vous ? Les roller coasters sont tellement nouveaux en Europe que des visiteurs appellent le parc pour savoir si ces attractions sont dangereuses et s’il y a déjà eu des victimes.

En 1980, l’attraction Le Temple du Soleil laisse sa place à un water dark ride basé sur l’aventure de Tintin : Le Secret de la Licorne. La raison de cette modification est le faible débit de l’attraction d’origine. En effet, alors qu’elle était censée pouvoir accueillir jusqu’à 900 personnes par l’heure, dans les faits elle ne dépassa jamais les 400.

Le Secret de la Licorne
Concept art de l’attraction Le Secret de la Licorne

Entre 1975 et 1980 la fréquentation de Walibi est multipliée par 25, passant de 47 000 à 1 150 000 visiteurs. La politique d’investissements d’Eddy Meeùs est payante. De plus, ce dernier commence à nouer des partenariats avec des constructeurs d’attractions de renom. L’un d’entre eux : Vekoma.

À la même époque, en 1981, Eddy Meeùs pose les bases de ce qui deviendra plus tard le groupe Walibi en prenant une participation dans Avenir Land, un parc français situé dans le département de l’Isère (Rhône-Alpes). C’est à cette occasion que le parc Walibi devient Walibi Wavre.

Un parc prospère en plein développement

Devant le succès de curiosité que représente l’attraction le Tornado, pour la saison 1982, Walibi Wavre investit dans un second roller coaster : le Sirocco. Cette attraction de type shuttle loop avait été construite pour un parc japonais avant que ce dernier ne fasse faillite. Le constructeur Schwarzkopf promet à Eddy Meeùs que cette nouvelle attraction fera venir 300 000 visiteurs supplémentaires à Walibi Wavre. Eddy Meeùs prend le constructeur au mot et lui lance un pari. Si cet objectif est atteint il payera les 75 millions de francs belges du roller coaster. Dans le cas inverse il ne la payera que 45 millions. Fin de la saison 1982, Walibi Wavre n’aura au final accueilli que 950 000 visiteurs, soit 5000 visiteurs de plus que la saison dernière. Un bon coup de poker pour Eddy Meeùs !

Le Sirocco

Face à la concurrence croissante des autres parcs d’attractions belges, Walibi Wavre continue à investir dans des attractions plus familiales. Pour son 10e anniversaire, en 1985, le parc inaugure une zone thématique : Ali Baba et les Mille et Une Nuits. Depuis 3 ans Walibi Wave commence à s’organiser en zone thématique. Celle-ci est une particulière car pour la première fois une zone ne repose pas sur les personnages d’une licence.
Au sein de ce land est construit l’attraction Le Palais d’Ali Baba. Ce water dark ride s’inspire en grande partie de l’attraction Fata Morgana d’Efteling. Lors de la saison 1986 une deuxième attraction de type bûche est inaugurée : Rio Salto.

La rentabilité de Walibi Wavre maintenant assurée, Eddy Meeùs réfléchit à un investissement à long terme. Dominique Fallon, en charge du marketing et des relations commerciales du parc soumet l’idée de la création d’un parc aquatique couvert. Aqualibi est inauguré le 6 juillet 1987. Situé à l’entrée du parc, le complexe aquatique héritera d’éléments de décoration tirés de l’album de Tintin « Le Sceptre d’Ottokar » pour être en cohérence avec la zone d’entrée de Walibi Wavre qui a pour thème la Syldavie.

Aqualibi en 1987

Le saviez-vous ? lors de la première saison, Aqualibi était considéré comme une attraction de Walibi Wavre. Ainsi, chaque visiteur du parc d’attractions pouvait accéder pendant 1h15 au parc aquatique. Il devient un parc à part entière à la fin de la saison 1987.

Le 10 août 1988, Walibi Wavre accueille son douze millionième visiteur. Cette même année est inaugurée Radja River, une attraction de type bouées rattachée à la zone Ali Baba. Son parcours long de 600 mètres, couvre une superficie de 2.5 hectares. Cette attraction, conçue par Intamin, voit les embarcations dévaler les rapides à une vitesse pouvant atteindre 20 km/h.

Radja River

La belle endormie

À la fin des années 80, pour quelques années, le développement de Walibi Wavre est mis en pause au profit du développement du groupe Walibi. À partir du 24 juin 1988, ce dernier est coté à la Bourse de Bruxelles. Parallèlement à ça, Eddy Meeùs se lance dans une série d’acquisitions : Avenir-Land (Walibi Rhône-Alpes), Big Bang Schtroumpf (Walibi Schtroumpf) et Babyland en France, Mini-Europe et Bellewaerde Park en Belgique.

Parc Walibi Schtroumpfs РMaizi̬res-l̬s-Metz

En 1990, Aqualibi voit sa taille doubler avec la construction d’une nouvelle aile qui comprend une piscine chauffante (la Laguna Verde), un toboggan (le Tinka) et le Rapido, une rivière sauvage de 130 mètres de long. Cette extension a pour but de maintenir l’attractivité de ce complexe ouvert toute l’année et de faire face à la concurrence des parcs aquatiques environnants.

En 1992 de nouveaux investissements sont réalisés à Walibi Wavre. Trois nouveautés sont lancées rien que cette année. L’une d’entre elles, Le Colorado (Calamity Mine à l’heure actuelle) représente l’investissement le plus important de l’histoire du parc jusqu’alors : 6 millions d’euros. Cette attraction de type train de la mine, construit par Vekoma, s’intègre dans la zone thématique Pancho Villa. Son décor est inspiré des montagnes rocheuses du Grand Canyon. Le Colorado est la première étape dans la transformation de la zone pour en faire à terme un quartier western.

Le Colorado

En 1993 et 1994 les investissements se font rare à Walibi Wavre afin de concentrer les efforts sur Walibi Aquitaine, Océade, Babyland-Amiland et Walibi Flevo.

En 1995, le parc célèbre ses vingt ans. Il accueille également son vingt millionième visiteur au cours de l’été. Pour fêter dignement cet anniversaire, trois nouveautés sont lancées. La principale est le Flash Back, un nouveau parcours de bûches construit par Mack Rides, qui remplace le Rio Grande (anciennement appelé Rivière sauvage). Ce parcours de bûches se démarque des autres attractions de la même catégorie par sa chute en marche arrière.

Un petit train est aussi lancé cette année : le Walibi Express. Ce dernier fait le tour des zones Syldavie et Caraïbes. Le téléski nautique, attraction à l’originale de Walibi Wavre est fermée et démantelée. Le Secret de la Licorne est fermé également.

Depuis plusieurs années, le parc peine à connaître la croissance qu’il a connu par le passé. À partir de 1994, le parc n’arrive plus à être excédentaire. La diminution du tourisme d’un jour est une des causes principales de ce repli du nombre de visiteurs. En novembre 1996, le directeur de Premier Parks fait une offre de rachat du groupe Walibi. Eddy Meeùs refuse.

L’année suivante, le contrat de licence avec Moulinsart SA arrive à échéance. Malgré des tractations, aucun accord n’est trouvé. Toutes les références aux aventures de Tintin doivent disparaître du parc.
Cette saison 1997 va être aussi le théâtre d’un incident sur le Sirocco. Le mercredi 27 août, à la suite d’une avarie technique, le train n’est pas propulsé assez rapidement et reste coincé au sommet de son looping. Les 26 passagers seront évacués par les pompiers à l’aide d’une grue. Cet incident n’aura aucun effet sur le succès de cette attraction. À la fin de cette saison, un million de visiteurs auront passé les tourniquets de Walibi Wavre.

Le Sirocco

L’ère Six Flags

Le 15 décembre 1997, Eddy Meeùs revient sur sa décision et négocie la vente du groupe Walibi à Premier Parks. Cette vente est actée le 24 mars 1998. Pendant les négociations, les travaux de la zone Lucky Luke City se poursuivent (en lieu et place de la zone Pancho Villa). Un village de 15 000 m² plonge les visiteurs au beau milieu du Fa West. Les éléments caractéristiques de l’univers de Morris sont repris : le saloon, le bureau du shérif, la prison ou encore la banque. L’attraction phare de cette zone est Dalton Terror. Cette tour de chute, haute de 77 mètres, est la plus haute du monde au moment de son inauguration. Elle a été construite par l’entreprise Suisse Intamin.

Lucky Luke et les Dalton à Lucky Luke City

Autre nouveauté de cette saison : les zones thématiques sont supprimées des plans du parc à l’exception de Lucky Luke City.

Avec le changement de propriétaire, les investissements vont être plus nombreux et plus réguliers à Walibi Wavre. En 1999, le parc inaugure trois nouveautés dont le Vampire, un suspended looping coaster de Vekoma. Il s’agit de la première montagne russe de ce type en Belgique. Son parcours de 689 mètres de long est composé de 5 inversions.

Vampire

D’importants travaux d’insonorisation ont lieu sur le Sirocco. Depuis plusieurs années, le parc reçoit des plaintes des riverains qui ne supportent plus les bruits générés par ce roller coaster. Walibi Wavre décide d’enfermer entièrement l’attraction dans un bâtiment. C’est à cette occasion que le Sirocco est rebaptisé Turbine.
Cette saison s’achève sur un chiffre de visite record : 1 350 000 personnes se sont rendus à Walibi, soit 30 % de visiteurs de plus que l’année précédente.

2000 : le parc Walibi Wavre fête son 25e anniversaire de Walibi. Cette année, le parc mise sur des travaux d’aménagement de grande ampleur. La zone d’entrée est repensée : élargissement de l’entrée avec l’ajout de nouvelles caisses, deux boutiques et un nouveau centre d’informations. Des petites attractions sont aussi ajoutées comme Les barriques folles, Tree House, Abeilles Volantes, Mini-Police
Cette année, pour la première fois, le parc organise une saison Halloween. Le parc est à cette occasion décoré avec des ballots de paille, des citrouilles… Les visiteurs peuvent aussi découvrir une maison hantée conçue pour cette saison.

Mais ce qui va définitivement entériner dans les esprits le rachat de Walibi par Premier Park, c’est le changement du nom du parc. Le 12 janvier 2001, la direction de Six Flags Inc. annonce qu’à partir de cette saison Walibi Wavre deviendra Six Flags Belgium. Propriétaire des droits de la Warner Bros., Six Flags décide d’y introduire certains des personnages de la Looney Tunes, notamment Bugs Bunny qui devient l’emblème du parc.

Le parc va alors changer du tout au tout. Un plan d’investissement de 30 millions d’euros est programmé. Les parkings sont rénovés, l’allée principale du parc est élargie, des zones sont réhabilitées et une quinzaine de nouveautés font leur apparition :

  • Bugs Bunny and Friend’s Show, un spectacle consacré aux Looney Tunes,
  • Le Loup Garou , un circuit de montagnes russes en bois de 1 028 mètres de long (Vekoma),
  • French Cancan, manège de type chaises volantes (Zierer),
  • Screamer, un Top Spin qui prend ses quartiers à l’entrée de Lucky Luke City,
  • Cobra, montagnes russes de type Boomerang (Vekoma),
  • Le Palais du Génie, une Mad House sur le thème des 1001 nuits (Vekoma),
  • Bugs Bunny Land, une grande zone enfants sur l’univers des Looney Tunes,
  • Salsa y Fiesta, manège de tasses (Chance Morgan),
  • Octopus, un Wipeout de Chance Morgan,
  • Batman Thrill Spectacular, un spectacle de cascades sur le thème de Batman (joué dans le Grand Amphithéâtre),
Le Cobra

Le 28 avril 2001, Six Flags Belgium est prêt à accueillir ses premiers visiteurs.

Une grande campagne publicitaire est mise en place pour faire connaître le nouveau nom du parc et l’arrivée des nouveaux personnages. Le groupe souhaite se détacher de son image de parc à sensations fortes. Il veut aussi montrer qu’il est un parc familial. L’arrivée des Looney Tunes vise à séduire les familles avec petits enfants.
Le parc met également en place l’Euro Season Pass, un abonnement annuel donnant accès à tous les parcs du groupe toute l’année, pour à peine quelques euros de plus que le billet d’entrée classique.

Pour la deuxième fois, Six Flags Belgium organise une saison Halloween : Halloween Horror Fest. L’ancienne attraction Le Secret de la Licorne est transformée en maison hantée. L’ancien canal est utilisé comme walkthrough et plusieurs animatroniques sont récupérés pour créer des personnages monstrueux.

Le 24 novembre 2001, Eddy Meeùs décède. Six Flags lui rendra hommage début 2003 avec l’installation d’une plaque commémorative dans la zone d’entrée.

Eddy Meeùs et la mascotte Walibi

Après une pause d’un an, les investissements reprennent à Six Flags avec le lancement en 2003 d’un parcours scénique interactif : Challenge of Tutankhamon. Installés dans des véhicules autoguidés munis de pistolets lasers, les visiteurs vont devoir explorer le tombeau de Toutânkhamon pour retrouver le Docteur Xavier Gaudet. Mais la malédiction du pharaon plane sur ces lieux et il faudra se défendre face aux nombreuses créatures mythologiques. Particularité de cette attraction : elle présente 3 fins différentes en fonction du score de l’équipe.

Challenge of Tutankhamon

En décembre, le personnage de Walibi fait son retour à l’Aqualibi où d’anciens décors de l’attraction Walibiland ont été installés. L’ancienne statue qui se trouvait à l’entrée de Walibi Wavre est installée à l’entrée du complexe aquatique.

Au cours de la saison 2004, Six Flags Belgium accueille sont 30 millionième visiteur !

Retour aux sources : Walibi Belgium

Mais derrière cette façade, le groupe Six Flags est au plus mal. Les parcs d’Amérique du Nord du groupe plombent ses comptes. Six Flags se décide donc à revendre ses parcs européens pour se focaliser sur son marché originel. Un fonds d’investissement privé londonien, Palamon Capital Partners, s’en porte acquéreur en mars 2004. Les parcs doivent de nouveau changer de nom. Après une étude de marché, il apparaît que la marque Walibi a, aux yeux des Belges, une valeur sentimentale. Fin 2004, le groupe organise une grande conférence de presse pour annoncer le retour du kangourou sous la bannière Walibi Belgium. Symboliquement, Bugs Bunny fait ses adieux et donne les clés du parc au kangourou.

Ce nouveau départ est l’occasion d’introduire de nouveaux personnages dans le parc. L’équipe créative de Walibi échafaude à l’occasion une histoire : pendant la période où le parc a été rebaptisé Six Flags, Walibi était parti faire le tour du monde. Il est revenu de ce voyage accompagné de Walibelle – sa compagne, Oscar le chat, Rocky le castor, Wok le dragon, Doudou le pingouin, Mama Lily l’hippopotame et Splash l’éléphant.

Walibi et Walibelle

Des personnages de BD sont aussi intégrés dans le parc : Boule et Bill, Bob et Bobette. Bob l’éponge, lui, a les faveurs d’une attraction : Cinéma 4D SpongeBob. Enfin, Lucky Luke fait son come-back à Lucky Luke City.
Walibi Belgium rouvre ses portes le 26 mars 2005. Cette stratégie de retour aux sources est un succès. La fréquentation du parc est en hausse de 10 % durant l’été par rapport à la même période l’année précédente.

Après une saison dans le giron de Palamon Capital Partners, le groupe Walibi change de main et tombe dans l’escarcelle de la Compagnie des Alpes. Le parc conserve son nom, ses mascottes et les licences de bande dessinée.
La Compagnie des Alpes a une grande expérience dans la gestion de parc à thèmes. Dès qu’elle reprend en main le parc elle investit 15 millions d’euros sur plusieurs années et ceux dans trois domaines :

  • Le lancement d’une nouvelle grosse attraction. Le Tornado est détruit. En lieu et place de ce dernier va être construit une coaster familiale. Un prototype unique au monde : Vertigo. Cette attraction, mi montagne russe mi téléphérique, a posé pas mal de soucis à Walibi. Programmée pour 2006, elle n’accueille ses premiers visiteurs qu’en juin 2007. Dès les premiers jours d’exploitation, le débit de 800 personnes par heure promis par le constructeur est loin d’être atteint. L’attraction n’est disponible que quelques heures par jour. Le débit de Vertigo amélioré, l’attraction est inaugurée le 8 mai 2008. Une semaine plus tard, elle est fermée pour cause d’usure prématurée de certains éléments du ride. Elle est démontée dès la fin de la saison. Seulement 250 000 personnes auront pu monter à bord des nacelles de Vertigo.
  • Les réhabilitations, notamment de Dalton Terror, Radja River, Calamity Mine, le Grand Carrousel, Vampire, Cinéma 4D SpongeBob, Flash Back ou encore Cobra.
  • La capacité des attractions existantes. L’objectif est de diminuer le temps d’attente moyen des attractions de 15 à 40 %.

Parallèlement à ce grand plan d’investissement, La Compagnie des Alpes travaille l’image de Walibi via une grande campagne publicitaire dénommée The Big 7. Cette dernière met en vedette sept attractions parmi les plus importantes du parc : Vampire, Loup Garou, Radja River, Flash Back, Dalton Terror, Calamity Mine et Challenge of Tutankhamon.

La stratégie mise en place est payante car en 2008 1,3 million de visiteurs se sont rendu à Walibi et Aqualibi. En 2009, la fréquentation reste stable : 1,3 million de visiteurs également.

En 2010, le parc célèbre son 35e anniversaire. C’est aussi l’année de fermeture d’Aqualibi pour une refonte totale des installations. 11 millions d’euros sont investis dans de nouvelles piscines, une zone de jeux pour les enfants, de nouveaux toboggans et des installations plus confortables. La réouverture est programmée en 2011.

Maintenant que le parc a été réhabilité de fond en comble, La Compagnie des Alpes va s’attaquer à la storyline du parc. La musique va devenir le fil conducteur dans la découverte du parc. Le logo est revisité. Le kangourou change radicalement de style et s’entoure de nouveaux acolytes. Plusieurs attractions ont droit à une rethématisée autour de la musique.

Nouvelle mascotte de Walibi Рcr̩dit : Perry Tak (Flickr)

Les licences Boule et Bill, Bob et Bobette, Bob l’éponge sont par la même occasion abandonnées. Seule la licence Lucky Luke est conservée.
Le 30 mars, après près de 500 jours de travaux, Aqualibi rouvre ses portes. Un accès direct au parc permet toujours aux visiteurs de s’y rendre pendant la journée à un tarif préférentiel.

Après 4 ans de fermeture, Turbine est réhabilitée (nouvelle décoration et nouveau train). Elle rouvre le 13 juillet 2013 sous le nom de Psyké Underground

En 2014 Walibi abandonne la licence Lucky Luke. Toutes les décorations en rapport avec les personnages de la bande dessinée disparaissent.

En 2015, un nouveau film 4D arrive au WAB Cinema 4D : Tempo Attack. La fréquentation cumulée de Walibi et Aqualibi se chiffre à 1,35 million de visiteurs en cette saison.

En 2016, Walibi investit dans une nouvelle montagne russe : Pulsar. Cette attraction de type Power Splash, développée par Mack Rides, était unique au monde lors de son inauguration. Elle propulse les visiteurs à 100 km/h à une hauteur de 45 mètres.

Pulsar

Place au futur : Worlds of Walibi

Le 22 juin 2017, Walibi et La Compagnie des Alpes annoncent un plan d’investissements pour les prochaines années. Ils comptent, d’ici 2023, transformer 75 % du parc en huit zones thématiques : Worlds of Walibi. Dix nouvelles attractions sont également prévues. Le montant des investissements s’élève à 100 millions d’euros.

  • En 2018, lancement de Tiki-Waka, montagnes russes implantées au fond du parc dans la zone Exotic World. Aqualibi s’agrandit de 700 m² et adopte une thématique Caraïbes. 12 millions d’euros sont dépensés cette année (4,2 millions pour Aqualibi et 7,8 millions pour Walibi).
Tiki-Waka
  • En 2019, 17 millions d’euros sont investis dans la création de deux nouvelles zones thématiques. La première est Karma World sur le thème des Indes orientales (ancienne zone Ali Baba et les Mille et Une Nuits). C’est dans cette zone qu’est implanté l’Erratic Dark Ride Popcorn Revenge, développé par l’entreprise belge Alterface Projects, ainsi qu’un nouveau restaurant avec une terrasse proposant des plats indiens. La deuxième zone est Fun World (ancienne zone Walibi Playland). Ce land pour enfants est réaménagé et a droit à une nouveauté : Fun Pilot, des montagnes russes du constructeur Zierer.
Popcorn Revenge
  • Par la suite, la zone d’entrée du parc sera réaménagée et une grande place y sera créée. Le quartier Far West sera rénové et recevra une nouvelle attraction de type Twist ‘n’ Splash du constructeur Mack Rides et un Sky Fly de Gerstlauer. La zone du Loup Garou sera transformée sur le thème de La Nouvelle-Orléans en s’inspirant de la culture vaudou et des carnavals. Le restaurant Pizza solo sera remplacé par un restaurant ayant pour thème le Carnaval.
Concept art de l’attraction Twist ‘n’ Splash – Walibi Belgium
  • En 2021, le parc inaugurera une méga montagne russe d’Intamin. Il s’agira des plus hautes et des plus rapides du Benelux et de France. Elles seront installées dans une nouvelle zone sur le thème de l’Afrique.
Concept art de la future m̩ga montagne russe РWalibi Belgium
  • En 2022 ce sera au tour de la zone du Flash Back de connaitre un renouveau avec la création d’un thème portuaire.
  • En 2023, de nouveaux toboggans seront construit à Aqualibi.

Dès sa création, Walibi a su s’entourer de constructeurs de renom. Intamin, Vekoma, Zierer, Mack Rides… ils ont permis au parc belge de se bâtir une solide réputation. Pourtant, malgré des nouveautés quasiment chaque année, le parc n’a pas su dépasser le plafond de verre des 1,5 million de visiteurs. Le plan d’investissement de La Compagnie des Alpes devrait l’aider à franchir ce cap. L’autre point qui devrait assurer à Walibi un avenir plein de succès ce sont les prix remportés ces dernières années. Notons :

  • En 2016, Pulsar remporte le prix de la meilleure attraction du monde lors du IAAPA.
  • En 2019, Walibi remporte le TEA Thea Awards 2019 – Outstanding Achievment pour Popcorn Revenge.
  • En 2020, aux Diamond ThemePark Awards, Walibi obtient les prix du meilleur parc d’attractions de Belgique, de la meilleure attraction de Belgique (Pulsar), la médaille de Bronze de la meilleure nouveauté 2019 en Europe (Popcorn Revenge) et enfin le prix du meilleur événement Halloween de la Belgique et des Pays-Bas.

Walibi est donc un parc à surveiller de très près. En espérant que la Covid-19 ne vienne pas freiner cette période de montée en puissance du parc wavrien.


Posté le 19 juillet 2020
Explorer